Actualités

Focus sur le rôle de la diététicienne de SynergieMed

29 mai 2019

Après avoir réalisé précédemment un focus sur le rôle de l’infirmière, c’est aujourd’hui l’occasion d’en savoir plus sur le rôle de la diététicienne auprès des patients de SynergieMed. Le temps pour l’enseigne de s’attarder sur ce poste clé à travers le témoignage de Laurence Nicolas, nutritionniste chez SynergieMed Amiens.

Pouvez-vous vous présenter ?

Laurence Nicolas : Au début de ma carrière, j’ai travaillé dans un laboratoire puis j’ai repris des études en faculté de psychologie puis un BTS diététique-nutrition. J’avais besoin de relationnel et c’est là que j’ai commencé à travailler dans le milieu hospitalier entre Rennes et Laval. Là-bas, une collègue m’a informé qu’un prestataire recherchait une diététicienne et j’ai pu être à mi-temps entre l’hôpital et ce prestataire. Attirée par la prestation de santé, j’ai ensuite commencé à travailler à temps plein pour la qualité des services proposés. Après, je suis partie à Toulon en tant que cadre de santé pendant deux ans. C’était une expérience dans le management très enrichissante à titre personnel. En revenant en Bretagne fin 2016, j’ai été contacté par Guy Buzon, ancien dirigeant de SynergieMed, qui était intéressé par mon profil et j’ai commencé dans le rôle de diététicienne au début de l’année 2017.

En quoi consiste votre métier chez SynergieMed ?

L.N : Je m’entretiens au préalable avec le prescripteur ou le médecin-traitant du patient, généralement hospitalisé ou en consultation. Après, je rencontre le patient, à qui j’explique mon travail à son domicile et le matériel utilisé (matériel d’administration et pompe à perfusion). Ma mission est aussi de m’adapter au patient et à ses besoins. Je passe beaucoup de temps à expliquer le processus afin d’éviter le moindre doute ou la moindre interrogation chez le patient. En termes de prestation, j’effectue de la nutrition entérale où le patient est capable de mettre en route la pompe, de se brancher ou avec l’aide d’une infirmière-libérale. Après, j’effectue d’autres types de prestations comme la nutrition parentérale qui s’effectue en binôme avec une infirmière-coordinatrice de SynergieMed. Dans le cadre de mes missions, j’ai besoin de l’infirmière libérale qui vient tous les jours chez le patient pour mettre en application le traitement avec prise des médicaments. C’est l’occasion d’échanger avec elle sur le cadre du patient et de pouvoir faire le meilleur compte-rendu possible à transmettre au médecin traitant et au médecin prescripteur. Notre objectif va être que le patient suive bien son traitement, nous devons avoir la meilleure tolérance possible et gérer du mieux possible au cas par cas. Dans mon métier, il y a aussi tout le côté commercial : on démarche les prescripteurs, on leur fait des transmissions orales comme écrites pour expliquer toutes nos missions au domicile du patient et le cadre de vie du patient. On fait plus que notre métier en s’adaptant aux besoins du patient. J’oubliais aussi la gestion des commandes de matériel comme la poche de nutrition, la tubulure (ensemble de tuyaux) qui va de pair avec la perfusion, la sonde, les boutons de gastrostomie, les raccords de boutons et des compléments oraux. Ces derniers ont pour but de soulager le patient et éviter qu’il soit constamment branché pour faciliter ses déplacements à son domicile ou à l’extérieur s’il en a les capacités.

Qu’est-ce que vous avez apprécié à votre arrivée chez SynergieMed ?

L.N : Mon arrivée s’est passée très rapidement. J’ai rencontré toute l’équipe et le personnel. Je n’ai pas attendu longtemps pour donner mon accord. Il y avait une grande qualité humaine de ce que reflétait et reflète toujours l’agence aujourd’hui en termes de suivi du patient. Laisser le coordinateur gérer son temps en fonction du patient et d’assurer son bien-être, c’est capital. SynergieMed, c’est une petite structure que je respecte énormément pour sa qualité de travail. Je le revendique haut et fort.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?

L.N : J’aime aider les personnes et j’ai une préférence pour les patients les plus complexes.  Et ce que j’apprécie aussi c’est la possibilité d’être constamment en déplacement. Le fait d’être dépendant est très important dans mon métier car on organise notre temps et on est toujours en activité. Certes, c’est fatiguant mais passionnant à la fois. Il n’y aucune monotonie dans ce travail car tous les patients que je rencontre sont différents.

Quels sont les types de prestation les plus effectués sur votre secteur ?

L.N : La prestation que je pratique le plus est la nutrition entérale. Après, c’est variable en fonction des médecins et des besoins des patients.

Qu’est-ce que vous préférez faire comme prise en charge ? Pourquoi ?

L.N : J’aime m’occuper des patients très difficiles voir « rebelles » car ils ont un caractère bien à eux. C’est passionnant car j’explique le principe d’une pompe, d’une sonde en m’adaptant à la situation du patient, de son comportement et de son caractère. Le sentiment de satisfaction est décuplé quand on arrive à mener à bien nos missions auprès d’un patient, surtout quand ce dernier n’est pas très convaincu à la base.

Qu’est-ce que vous redoutez faire ? Pourquoi ?

L.N : La seule chose que je redoute est la récupération du matériel lorsqu’il y a le décès d’un enfant. C’est très délicat avec les parents et les grands-parents. J’ai déjà fait face à ce type d’événement et ce n’est jamais évident à gérer. La discussion avec la famille va être courte car le chagrin et la peine prennent le dessus. Chez l’adulte, c’est bien différent puisqu’il y a un peu plus d’échange de la part du conjoint(e) ou du proche.

Comment se passe le contact avec le patient ? Et l’entourage ?

L.N : Je m’adapte complétement au patient quand je rentre dans sa chambre d’hôpital. Une fois que je me suis présentée, je fais preuve de psychologie pour que le patient soit rapidement mis en confiance. Il ne faut jamais oublier qu’on entre dans une phase d’intrusion dans la vie de la personne et aussi dans son logement. C’est très rare qu’on ne rencontre pas le patient avant d’installer le matériel à son domicile. Dans ce genre de cas de figure, l’échange peut être plus difficile mais on se doit en tant que professionnel de faire avec et de mettre le patient dans les meilleures conditions pour sa santé. On prend le temps de le faire et de bien le faire.

Est-ce que vous voyez ce métier comme un dévouement et une passion ?

L.N : Je le vois surtout comme une passion plus qu’un dévouement. J’ai toujours dit à une de mes anciennes stagiaires que c’est un métier qui ne s’apprend pas. On est fait pour ça ou non. C’est un métier où il faut être passionné car nous devons être disponible pour le patient et le médecin traitant. Dans ma situation, plus il y a de sorties, et plus j’apprécie mon métier. Ma seule contrainte dans ce métier, c’est la voiture et les transports. Au fil des années, le physique suit de moins en moins mais ma passion reste intacte.

Racontez-moi un événement insolite durant votre expérience chez SynergieMed ?

L.N : J’ai une histoire insolite antérieur à mon poste à SynergieMed. Un patient en Bretagne dont j’étais assez proche me contacte car sa pompe tombe en panne. Il devait être 23h30 quand je suis arrivée à son domicile pour la changer et son fils, grand restaurateur, m’a concocté un petit festin pensant que je n’avais pas pris le temps de dîner. Ce n’était pas le cas mais je ne pouvais pas dire non à une personne qui me remercie de la sorte.

Enfin, si vous deviez décrire SynergieMed en quelques mots ?

L.N : C’est une entreprise qui propose une prise en charge très humaine et totale du patient avec le rapprochement d’enseignes comme Senior Compagnie, Free Dom et Libelia. L’idée est innovante et on ne trouve pas beaucoup de prestataires qui proposent une prise en charge aussi globale aujourd’hui.

Laurie Meny, aide-médicale à SynergieMed Lille, a souhaité vous poser une question sur votre métier de diététicienne-coordinatrice : Comment arrivez-vous à gérer la relation soignant-soigné sur le long terme lorsque vous vous occupez de la nutrition entérale, soin qui, la plupart du temps, dure quelques mois voire quelques années ? Particulièrement dans un contexte parfois délicat ?

L.N : Je suis dans l’empathie et je fais au mieux pour le patient. J’ai toujours des patients de Rennes qui m’appellent alors que je n’y travaille plus, cela prouve que j’ai réussi à les satisfaire lors de mes visites. J’essaie de ne pas y mettre trop d’affect. Je suis toujours à l’écoute s’ils ont des questions mais je garde une certaine distance dans la relation soignant-soigné. C’est important pour assurer au mieux notre mission.

Pour conclure, pouvez-vous formuler une question pour la prochaine personne interviewée ?

L.N : Est-ce que ce n’est pas frustrant à la longue pour les infirmières-coordinatrices de ne pas pouvoir pratiquer les soins sur un patient et de laisser une infirmière-libérale s’en charger de A à Z ?

En savoir plus sur SynergieMed Amiens

Dirigée par Sabine Marel, l’agence SynergieMed Amiens vous apporte une aide au quotidien tout en s’attachant aux valeurs humaines. Intervenir au domicile de nos patients demande un réel investissement de l’ensemble de nos collaborateurs. Nous avons à cœur de coordonner le parcours de soins de nos patients tout en assurant une qualité de prestation adaptée aux besoins de chacun. SynergieMed Amiens intervient dans le département de l’Oise, la Somme et l’Aisne.

SynergieMed Aisne

SynergieMed Oise

SynergieMed Somme