Actualités

Focus sur la nutrition artificielle

27 juin 2018

La nutrition artificielle regroupe trois types de prestation : La complémentation orale (CNO), qui se dit aussi la nutrition per os (par la bouche), la nutrition parentérale (NPAD) et la nutrition entérale (NEAD). Avant de détailler ces types d’alimentation, savez-vous pourquoi l’alimentation est si importante pour un individu ?

Tout simplement parce que le fonctionnement de l’organisme nécessite de l’énergie et des nutriments (protéines, lipides, glucides, vitamines et oligo-éléments). On parle alors de besoins nutritionnels. Ces besoins sont par nature couverts tout ou partie par notre alimentation quotidienne. En revanche, dans certaines situations l’alimentation orale est insuffisante ou impossible, notamment dans le cas de maladies chroniques ou aigues, d’effets secondaires de certains traitements, de chirurgies… et ce, de manière ponctuelle ou définitive.

Dans le but de combler ce déficit d’apports, le médecin peut donc vous prescrire de la complémentation orale, de la nutrition parentérale ou de la nutrition entérale, selon les besoins, les durées de traitement et l’état de santé du patient. On privilégiera une voie d’abord plutôt qu’une autre et du type de nutrition selon le type de pathologie détecté.

Qu’est-ce que la nutrition parentérale ?

La nutrition parentérale (NPAD) est un moyen médical qui permet d’apporter une alimentation adaptée par voie intraveineuse en évitant le circuit habituel de l’alimentation et de la digestion. La NPAD n’utilise donc pas le tube digestif mais le système sanguin pour répondre aux besoins nutritionnels des patients. Elle est généralement utilisée quand la nutrition entérale n’est pas possible ou insuffisante.

On distingue deux modes d’administration pour une NPAD, par voie périphérique et voie centrale. La voie périphérique nécessite un accès veineux périphérique et permet une nutrition de courte durée. Quant à la voie centrale, elle permet le passage de produits de perfusion plutôt sur le long terme. Plus spécifiquement, la mise en place d’une voie centrale nécessite la pose chirurgicale d’un Port à Cath (PAC) ou d’une chambre implantable permettant l’injection des produits de nutrition sans détériorer les voies veineuses.

Qu’est-ce que la nutrition entérale ?

Contrairement à la nutrition parentérale, dont le produit de nutrition passe par le sang, la nutrition entérale (NEAD) permet d’apporter une alimentation adaptée directement dans le tube digestif grâce à une sonde.  Cette méthode d’alimentation artificielle se rapproche le plus de l’alimentation orale par le fait que les nutriments apportés sont digérés dans le tube digestif (contrairement à la nutrition parentérale, dont l’injection des produits se fait par voie veineuse).

On distingue quatre modes d’administration pour une NEAD, par sonde naso-gastrique, sonde naso-jéjunale, sonde de gastrostomie et par sonde de jéjunostomie. Très simplement, la sonde naso-gastrique va pénétrer par une narine et va se loger directement dans l’estomac. Sur le même principe la sonde naso-jéjunale va pénétrer dans la narine mais va se loger dans le jéjunum, dit aussi l’intestin grêle. La sonde de gastrostomie quant à elle, pénètre directement dans l’estomac, et sur le même principe, la sonde de jéjunostomie va pénétrer directement, par la paroi abdominale, dans l’intestin du patient.

SynergieMed propose ces prestations aux patients sur l’ensemble de ses agences et procède régulièrement à des campagnes de prévention afin de prévenir des risques de dénutrition. En plus de cela, mettre en place une nutrition artificielle avant ou après une opération diminue le risque de complications, favorise la cicatrisation de la plaie et permet donc au patient de récupérer plus vite. Nos équipes de diététicien(ne)s et d’infirmier(e)s coordonnateur(rice)s SynergieMed sont à votre disposition pour tout renseignement.