Actualités

« Notre but est de soulager les patients de SynergieMed face à la douleur »

5 septembre 2019

SynergieMed accorde une attention toute particulière à la prise en charge de ses patient(e)s à leur domicile. L’occasion de s’attarder avec Sabine Marel, directrice de l’agence SynergieMed Amiens et infirmière-coordinatrice dans la Somme, sur la douleur et les différentes prestations mises en place par l’enseigne pour améliorer la qualité de vie des personnes au quotidien.

Quels sont les différents types de douleurs ?

Sabine Marel : Il existe plusieurs types de douleurs auxquelles sont confrontés les patients de SynergieMed : la douleur aiguë et la douleur chronique. Pour la douleur aiguë, elle a une finalité biologique d’alarme et de sauvegarde de l’intégrité de l’individu. Elle peut survenir après une brûlure, une opération chirurgicale, un choc ou à la suite de soins prescrits. La douleur chronique est une douleur permanente depuis plus de trois mois. On en distingue 3 types. La première d’origine nociceptive (par excès de stimulation sans lésion du système nerveux) comme dans certains cancers et grandes brulures. La seconde, est la douleur neuropathique qui va être causée lors d’un mécanisme complexe, par une lésion du système nerveux central et/ou périphérique. Et la troisième, concerne les douleurs psychogènes, évoquées dans un contexte psycho-pathologique particulier. Ces différentes douleurs peuvent être évaluées avec des échelles dites d’auto-évaluation, c’est-à-dire que le patient évalue lui-même sa douleur. Ce qui est toujours préférable dès que cela est possible. Et des échelles d’hétéro-évaluation, la douleur est évaluée par une autre personne (soignant ou famille). Il existe des échelles adaptées pour les différents types de douleurs, différentes tranches d’âge (en pédiatrie) et pour les personnes non communicantes. Pour exemple la douleur neuropathique va être évaluée avec la DN4 (Douleur Neuropathique évaluer avec 4 questions, qui comporte chacune différents items). La douleur aigüe peut être évaluée (entre autre) avec l’END (Échelle Numérique Décimale) afin de connaître le niveau de douleur du patient sur une échelle de 1 à 10.

Comment les traiter ?

S.M : Dans notre prise en charge, nous sommes amené(e)s à travailler avec différents traitements comme les comprimés, les perfusions d’antalgique, la PCA (Patient Controled Analgésia) ou analgésie contrôlée par le patient. C’est une pompe à morphine préprogrammée qui peut être activée par le patient. Ou encore la neurostimulation transcutanée (NSTC ou TENS), technique qui utilise les propriétés antalgiques de certains courants électriques pour soulager les douleurs neuropathiques périphériques. Les cathéters périnerveux, eux, sont utilisés pour de la douleur aiguë post-opératoire mais également chronique comme l’algoneurodystrophie, mais nous attendons un changement des textes concernant les cotations des infirmiers libéraux pour que nous puissions déployer cette technique.

Peut-on anticiper la douleur ? 

S.M : La douleur peut, parfois être anticipé, lorsque par exemple les mécanismes douloureux sont bien connus : conseil sur les positions à éviter, l’installation du patient, l’observance du traitement… Mais nous ne pouvons rien faire sans une demande préalable auprès du prescripteur concernant les thérapeutiques. Dans notre travail, si un patient commence à ressentir de la douleur, c’est à nous de revenir vers le médecin afin de l’avertir pour obtenir une prescription adaptée pour l’aider. Si pendant notre suivi au domicile du patient, la douleur n’est pas correctement gérée, notre mission est de vérifier l’observance et la tolérance du traitement en cours afin de réaxer, si besoin les conseils, concernant la prescription et d’en faire le retour au prescripteur. Certes, nous pouvons prévenir mais nous agissons toujours sous prescription médicale en ce qui concerne les thérapeutiques. Sans cette dernière, il est impossible d’agir. Nous avons un rôle d’écoute et de conseil important afin de lever les angoisses des patients, dans la mesure du possible. 

Comment les infirmier(es) coordinatrices travaillent pour éviter le plus possible l’apparition de la douleur chez les patients de SynergieMed ?

S.M : Nous pouvons informer les infirmières libérales des soins propres à l’état de chaque patient et en fonction de notre expérience au cas par cas. Pour tous les soins invasifs (piqûre, etc.) provoquant une douleur plus ou moins importante chez un patient, il y a différents protocoles pour les diminuer. Comme l’application de pommade ou patch anesthésiants.  Nous devons toujours être capable de former et coordonner les infirmières-libérales afin qu’elles puissent mettre en place les soins nécessaires. Notre suivi régulier au domicile du patient, lors de chaque réapprovisionnement de matériel, nous permet de faire le point sur l’état physique, psychologique et douloureux du patient.

Des traitements adaptés à chaque douleur ? 

S.M : La douleur va être gérée principalement par les médicaments prescrits par le médecin du patient, qu’ils soient administrés per os, en transcutané ou par perfusion. Nous allons préparer le patient dans ce but mais il faut noter que le facteur psychologique joue aussi son rôle. Les méthodes alternatives comme l’hypnose, la relaxation peuvent être efficaces auprès des patients. Elles sont encadrées par du personnels formés. L’objectif est d’être le plus efficient pour soulager les personnes au quotidien.

Pour aller plus loin avec SynergieMed

SynergieMed propose une assistance technique à domicile et une coordination des acteurs médico-sociaux et des soins afin de faciliter le retour à domicile des patients. Constitué d’infirmier(e)s coordinateur(trice)s et diététicien(ne)s coordinateur(trice)s, SynergieMed a pour but de répondre à la demande croissante des services hospitaliers et des patients qui souhaitent une continuité personnalisée des soins spécifiques à domicile comme la perfusion, sur tous types de voies d’abord, par diffuseur (petits ballonnets avec un débit préprogrammé) ou pompe ambulatoire, afin que le patient puisse se déplacer et garder son autonomie, la nutrition artificielle, la prise en charge des pansements complexes.

N’hésitez pas à consulter nos services pour plus d’informations et de détails sur notre programme et les agences selon l’emplacement de votre logement ou celui de votre proche en France.